Rugelachs

DSC_0436

_____________________________

Vous trouvez que ça ressemble à un croissant fourré au chocolat. Comme un hybride issu d’un croisement entre le croissant et le pain au chocolat. Mais vous vous trompez, il s’agit des rugelachs, pâtisserie traditionnelle juive ashkénaze.

Par son aspect et sa texture, vous trouvez que la pâte ressemble à une pâte feuilletée mais encore une fois, vous vous trompez. Sa version américanisée y incorpore du cream cheese.

Certains vous diraient que le croissant français et le rugelach partagent le même ancêtre viennois. D’autres que le rugelach descend du kipferl, petit pain d’Europe orientale. Ou encore que le croissant descend du rugelach.

Quoiqu’il en soit, il est juste irrésistiblement bon. Encore plus quand il est saupoudré d’un peu de cannelle.

Recette trouvée sur le blog Le pétrin:

http://sandrakavital.blogspot.fr/2009/03/rugelach-le-biscuit-qui-voulait-etre.html

Ingrédients pour 48 rugelachs:

Pour la pâte:
– 225 g de cream cheese
– 350 g de farine T55
– 230 g de beurre froid
– 2 cuillères à soupe de sucre
– 1 pincée de sel

Pour la garniture au chocolat:
– 120 g de chocolat noir
– 80 g de sucre
– 1 sachet de sucre vanillé
– 1 cuillère à soupe de cacao en poudre non sucré
– un peu de crème liquide

Etapes:

1. Couper le beurre en dés.
Mélanger la farine, le sucre et le sel.

2. Mettre le mélange de farine et le beurre dans le bol du robot mixeur.
Mixer jusqu’à l’obtention de gros morceaux.
Ne pas hésiter à mélanger à la cuillère pour que ce soit homogène.

3. Ajouter le cream cheese.
Mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte uniforme.

4. Mettre la pâte sur le plan de travail et travailler encore un peu la pâte avec deux couteaux afin que la pâte soit totalement uniforme.

5. Diviser la pâte en 4 parts égales.
Former des boules.
Les aplatir pour obtenir des disques de 10 cm de diamètre.
Réserver  au frigo au moins une nuit.

7. Mélanger tous les ingrédients de la garniture, sauf la crème liquide.

8. Ecraser les disques de pâte entre deux morceaux de papier sulfurisé pour obtenir des disques de 30 cm.
Décoller les papiers sulfurisés.
Mettre le disque sur un nouveau morceau de papier sulfurisé pour que la pâte n’y ait pas adhéré.

9. Badigeonner le disque d’un peu de crème liquide.
Saupoudrer uniformément de garniture au chocolat (50 g).
Appuyer légèrement avec la paume de la main pour que la garniture adhère à la pâte.

10. Couper à l’aide d’une découpe à pizza en 12 parts égales (en 4 puis chaque quart en 3).
Rouler la base du triangle vers la pointe en serrant bien (ne pas hésiter à défaire et rouler à nouveau si ce n’est pas bien serré).
Poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, la pointe en-dessous.
Badigeonner le dessus d’un peu de jaune d’oeuf dilué dans un peu d’eau.

11. Mettre au four à 180°C pendant 15 min.
Mettre sous le grill pendant 5 min.
Surveiller pendant la cuisson, la base ne doit pas être cramée (mettre sous le grill à partir du moment où la base est marron).

DSC_0425 (1)

DSC_0428

La taverne de Zhao, un chinois dans le 10ème

DSC_0402 _________________________

Vous n’avez connu jusque-là que ces petits boui-boui du 13ème ou de Belleville, où vous pensiez y déguster de la cuisine authentique. Certains sont sincères mais la plupart vous proposent un catalogue de plats chinois, vietnamiens, thaïlandais, cuisinés approximativement.

Vous en avez marre de vous faire avoir, vous voulez de la vraie cuisine chinoise. Vous décidez enfin de sortir des chinatowns.

La taverne, elle est connue pour son burger. Son burger. Ou plutôt son ancêtre. Datant de plus de 2000 ans déjà.

Ici, pas le type de cantine chinoise fourmillante et expéditive. C’est petit. Mais les gastronomes affûtés savent qu’ils ont affaire à une perle rare, ils s’y pressent. Vous n’arrivez alors pas trop tard, pour avoir une place. On vous laisse le temps de choisir vos plats. Fidèle à la culture asiatique, pas de déco alambiquée, si ce n’est quelques figurines en terre cuite, répliques de l’armée d’argile de la dynastie Qin.

Vous êtes face à une carte concise. Pas plus d’une vingtaine de plats de Xi’An, capitale de Shaanxi, avec des petits textes explicatifs pour vous aider dans votre choix.

Vous commandez une marmite bouillante de vermicelles, parce que vous l’aimez chaude. Ou alors, vous prenez une salade de pousses de platycodons et d’émincées de poulet. Vous sentez que ce n’est pas gratuit, qu’on ne cherche pas juste à vous jeter des plats au nez. Vous trouvez tout ça très fin et les saveurs magiquement déroutantes, vous ne les aviez jamais trouvées ailleurs, encore moins dans le poulet à l’ananas que vous preniez d’habitude dans le 13ème. Ca pique. Votre thé glacé au pamplemousse et miel, acidulé-sucré, est là pour sauver vos papilles.

Et ce petit pain à la viande ! Du porc bien tendre et fondant finement éffiloché, l’aspect des rillettes mais en bien moins gras.

DSC_0389 DSC_0393 DSC_0390

DSC_0396L A    T A V E R N E    D E    Z H A O

46 rue des Vinaigriers

75 010 Paris

01 40 37 16 21

____________________

Horaires 

12h – 14h 19h – 22h30

Prix plats: 7-8 € pain à la viande: 4 € desserts: 4-5 € carafe de thé: 5€

Clint, ce resto bien trop mignon

DSC_0377___________________________

Clint, c’est de ce genre de petits restos adorables, attentifs aux détails dans sa décoration blanche et boisée type kraft, du bougeoir de rillettes de poulet au panier de pains en papier blanc froissé.

Aux murs, des yeux vous regardent.

Et comment ne pas remarquer cette charmante véranda donnant sur d’autres tables blanches où s’installer en temps ensoleillé ?

Assis sur de confortables banquettes taupes, vous commandez un copieux bacon cheeseburger. Ou un veggieburger, parce que vous êtes végétarien. Avec son croustillant de patate douce, son pesto d’épinard, ses châtaignes revenus au vin blanc, ses pickles. Le burger est généreusement garni, impossible pour vous de manger tout ça au couteau et à la fourchette. Vous vous en foutez, vous l’empoignez de force et vous mordez dedans. Ouille, c’est chaud. Le cheddar est bien fondant. Et les petits cubes de pomme croquants apportent leur discrète touche de fraîcheur.

Sinon, vous n’êtes pas végétarien et vous commandez un poulet croustillant aux épices Cajun avec son exquise sauce maison au miel – vous voulez le secret de cette foutue sauce, pardi ! – et des potatoes de patate douce en accompagnement. Rien à voir avec les potatoes de pomme de terre classiques, c’est doucement sucré et bien plus fondant en bouche. Certains compareraient la patate douce au potiron – nous, les Vietnamiens, on l’adore en dessert avec du lait de coco !

Ou alors, vous commandez l’indémodable mac’n’cheese, la valeur sûre – supplément bacon s’il-vous-plaît ! Hum… Cette crème au fromage bien fondante…

Et vous demandez à boire ! Un pétillant à la fleur de sureau Luscombe.

Vous buvez. Votre voisine de table commande un taboulé de quinoa avec du saumon gravelax. Vous bavez.

Votre ventre est sur le point d’exploser mais vous ne résistez point devant leur crumble au pommes, ni devant leur granola avec du fromage blanc et des fruits frais, ni même devant leur moelleux au chocolat et caramel coulant.

En partant, vous ne manquez pas de faire un tour à la petite boutique vers l’entrée. Que de mignonneries. Des petites broches brodées Macon&Lesquoy – le macaroni vous fait de l’oeil – des sacs en toile Clint, des t-shirts à phrases, des produits d’épicerie. Ici, que du bon goût.

Vous réglez l’addition. Vous partez content, vous avez apprécié l’accueil aimable et plein d’humilité. Vous êtes sous le charme, de la déco, de la cuisine, de tout.DSC_0358 DSC_0360 IMG_0337DSC_0365 DSC_0349 DSC_0375IMG_0348DSC_0385IMG_0342

C L I N T

174 rue de la Roquette
75 011 Paris
09 81 60 17 36
http://www.clint-restaurant.com

_________________

Horaires

lundi: 12h – 15h
                                      mardi au vendredi: 12h – 15h                                    
                                     19h – 23h
samedi : 10h – 00h
dimanche : 10h – 18h
brunch tous les dimanches